(English) Alexandre Courtès

Alexandre Courtes a accompagné l’émergence du mouvement French touch, avec des créations qui ont définis l’univers de groupes tels que Cassius, Phoenix, Air et Daft Punk. Ils réalisent leurs clips et/ou leur identité visuelle. C’est lui qui est à l’origine des célèbres casques de Daft Punk. Depuis, il est sollicité par des poids lourd de l’industrie de la musique, tels que U2, Jamiroquai ou the White Stripes. Il s’est offert récemment une première expérience dans le cinéma avec la réalisation d’un long-métrage,

The incident, et il co-réalise Les Infidèles avec Gilles Lellouche et Jean Dujardin. Il revient en force cette année avec des clips pour Justice et Sébastien Tellier. Rencontre tout sourire avec Alexandre dans son loft au pied des Abbesses, à deux pas de Montmartre.

Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/Freunde von Freunden — (English) Alexandre Courtès — Music video director, Apartment, Montmartre, Paris — http://www.freundevonfreunden.com/fr/interviews/alexandre-courtes/

Avant d’être connu en tant que réalisateur, tu étais graphiste, exact ?

Mais je le suis toujours ! J’ai toujours dessiné, depuis tout petit, et très jeune je voulais déjà illustrer de la musique. Je me rappelle même avoir fait un dessin inspiré d’un morceau de Janis Joplin en CM2. Mon premier vrai choc esthétique fut la découverte d’Orange Mécanique au cinéma, j’avais 15 ans.

Il y a très souvent des références au graphisme des années 1960 dans ton travail, c’est une vraie influence ?

J’adore Philip Castle c’est vrai, le poster d’Orange Mécanique fut même à l’origine de l’idée du clip des White Stripes, Seven Nation Army. Mais ce sont plutôt des films que je regardais gamin comme Little Big Man ou Sunset Boulevard, qui m’ont profondément marqué. Au-delà des films et des livres, c’est surtout la musique qu’on écoutait à la maison qui me hante aujourd‘hui encore. Je me souviens parfaitement bien du jour où j’ai reçu la cassette audio des Kinks.

Tu n’as jamais voulu être musicien ?

Ah ! Ça c’est une grande contrariété dans ma vie. Autant pour le dessin tout s’est fait avec aisance et facilité, quasi naturellement, autant je n’ai jamais eu la patience pour la guitare…et comme mes doigts ressemblent à des saucisses cocktails, j’ai abandonné assez tôt.

Peux-tu nous raconter ton premier clip ?

Avant de finir mes études à Penninghen, une école d’art graphique, je réalisais déjà des pochettes de disques. J’avais un pote, Martin, qui bossait dans une boite de post-production ; tous les deux on connaissait bien Philippe Zdar de Cassius. On lui a proposé de faire un clip pour eux, il nous a donné notre chance, ça a donné Cassius 1999. On a y bossé pendant 6 mois, en demandant des coups de main à droite à gauche. Il y avait eu un petit tournage, de la 3D, de la 2D. En fait c’était au début de la démocratisation des effets de post-production, des logiciels comme After Effects devenaient accessible à tous. MTV a largement diffusé le clip, ce fut un succès, ce qui nous a permis de signer chez Partizan, en tant que duo de réalisateurs. Ensuite, les demandes se sont enchaînées, avec des clips pour des figures de la French touch, Phoenix, et Air mais aussi pour Noir désir.

Est-ce que le clip de The white Stripes Seven nation Army a marqué une étape dans ta carrière ?

Pour les White Stripes ce fut un coup de bol. Nous n’avions qu’un week end pour trouver une idée. Je me suis inspiré comme je le disais de l’affiche d’Orange Mécanique.

Il faut avouer que le morceau était un sacré tube, bien rock et l’osmose avec ce clip très graphique a bien fonctionné. Je pense que ce clip, nous a fait connaître sur une scène plus large, puisqu’on a pu faire des clips pour U2, Kylie Minogue, Jamiroquai, Franz Ferdinand…

Comment te vient une idée de clip ?

Oulala…Euh…un peu « comme ça » en fait ! (rires) Des fois ça me vient en 2 secondes, des fois en 2 semaines, des fois ça vient trop tard…ou pas du tout. Des fois tu recycles une idée que tu avais eue et qui n’a pas été acceptée. Parfois c’est la musique qui t’inspire. Pour ma part, je ne raconte pas vraiment d’histoire dans mes clips. Je pars toujours d’un visuel ou d’une idée graphique. Tout le challenge consiste à la faire fonctionner en film, de donner vie à l’illustration. Pour le clip de Kasabian par exemple, je me souviens avoir voulu faire quelque chose de très inspiré mod/pop (cf : mods). On a filmé le groupe sur fond vert mais il fallait ensuite trouver un moyen de faire des éclaboussures. Après avoir essayé pleins de solutions, celle qui fonctionnait le mieux, c’était de leur balancer dessus des capotes pleines de peinture… Pour le clip On’n’on de Justice, je me suis inspiré des paroles qui parlent d’un éternel recommencement. Je voulais un clip avec des vanités, un rébus continuel composé de natures mortes et de sujets vivants… Mais en général, il n’y a pas de règles dans le processus d’incubation des idées.

Et pour ton long-métrage, comment l’occasion s’est-elle présentée ?

C’est avant tout une rencontre avec un producteur, Wassim Béji, qui est venu me proposer un projet. Le scénario était écrit, un film d’horreur, j’ai tout de suite accepté.

C’était hyper excitant de partir sur un tournage de trente jours, moi qui n’en avais jamais dépassé trois. En plus, j’ai fait 75% du story-board du film, ça m’a beaucoup plu d’autant dessiner. L’aventure a duré deux ans, c’était très enrichissant. Je crois que mon expérience en clip et en publicité, où il faut tourner très vite avec souvent peu de moyens, m’a bien aidé. Juste après le tournage, mon pote Gilles Lellouche m’a proposé de tourner un des sketches qui compose le film Les Infidèles. Rien à voir ici avec The Incident, puisque j’ai tourné avec des stars du cinéma français comme Jean Dujardin et Sandrine Kimberlain. C’est une comédie sur l’infidélité. Des maris impénitents se retrouvent dans une thérapie de groupe des « infidèles anonymes », animée par Sandrine Kimberlain.

Je me suis arrêté deux-trois ans pour mener à bien ces projets. Maintenant, je recommence à tourner des clips avec une nouvelle équipe. J’ai quitté la société de production Partizan pour Division, cela apporte de nouvelles énergies sur des projets assez cool, que ce soit pour Justice ou Sébastien Tellier, on s’est bien marré cette année !

Je compte bien faire d’autres longs métrages et j’ai aussi un projet de série pour la TV en cours…

Y a –t-il un groupe dont tu rêverais de faire le clip ?

J’aime bien les Black Keys, les White Denims…mais ça serait vraiment cool de faire les Stones !

Merci Alexandre!

Interview: Ilan Rosenblat

Photos: Natalie Weiss