Freunde von Freunden

Armelle de Sainte Marie
Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille
Workplaces > Armelle de Sainte Marie

L’atelier d’Armelle de Sainte Marie situé au Sud de France fait penser à une oasis urbaine. Pour l’artiste c’est un espace spécial pour la contemplation et la création de ses peintures et ses dessins organiques exquis, qui montrent souvent des paysages allusives. En ses propres mots:

« Selon les moments j’y peins, j’y dessine, j’y lis, j’y range, je fais le point ou élabore des projets… tout cela participe à la lente maturation des images à venir ».

Derrière un immense portail gris, un petit chemin mène à l’atelier d’Armelle de Sainte Marie. Baigné de la lumière chaude marseillaise, cet espace est l’endroit dans lequel l’artiste trouve son équilibre pour créer et définir son esthétique singulière. Armelle nous a accueilli chaleureusement le jour où nous sommes allés la voir dans son atelier, un atelier emplit de pièces en cours de réalisation. Pendant que nous discutons autour d’un café, elle nous explique son intérêt dans les différentes techniques qu’elle emploie et qui lui offrent une grande variété de possibilités.

Armelle est née et a grandit à Paris, mais les circonstances de la vie l’ont emmenée dans le Sud de la France et plus précisément à Marseille. Elle navigue à présent entre Toulouse et Marseille, en essayant de trouver un nouveau rythme entre vie privée et vie professionnelle, son déménagement étant encore récent.
L’artiste partage avec nous des anecdotes sur son atelier, nous explique ce qu’elle aime à Marseille et nous donne des petits conseils afin d’apprécier la ville au maximum.

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Freunde von Freunden — Armelle de Sainte Marie — Artist, Studio, Le Chapitre, Marseille — https://www.freundevonfreunden.com/fr/workplaces/armelle-de-sainte-marie/

Où êtes vous née ? Où avez-vous grandit ?

Je suis née et j’ai grandi à Versailles.
J’y ai fréquenté les cours de dessin de l’école des Beaux-Arts à l’adolescence avant d’y entamer un cycle d’études secondaires. Cycle interrompu pour aller étudier à Paris, à L’ENSAAMA Olivier de Serres.

Pourquoi Marseille ?

Au départ ce sont les circonstances de la vie professionnelle de mon compagnon d’alors qui m’ont emmenée dans le sud, vers Salon de Provence. Puis assez rapidement s’est dessiné pour moi le projet de vivre à Marseille.
C’était comme une promesse d’ouverture et de découverte. J’y connaissais une ou deux personnes, cela s’est enchaîné de façon très riche et j’ai pu y développer ma peinture, ma vie sociale et amicale… La ville m’a passionnée par son caractère fort, contrasté, et par les rencontres déterminantes que j’y ai faites.

Vous avez récemment déménagé à Toulouse. De quelle manière ce changement affecte-il votre travail ?

C’est très curieux comme période. Au début j’ai eu peur que l’éloignement de mon atelier marseillais me fasse sentir orpheline.
En fait cela reste un point de chute très appréciable où je peux venir m’immerger régulièrement et complètement dans la peinture, et m’extraire du quotidien.
À Toulouse, j’explore davantage un travail sur papier qui exige une mise en œuvre plus légère. On peut dire que pour l’instant c’est « Peinture à l’huile à Marseille, et peinture à l’eau à Toulouse  » ! Mais tout cela est très récent, et je ne sais pas comment cela va évoluer. Ce qui est sûr c’est que cette distance avec l’atelier provoque d’autres désirs et rythmes de travail qui influent sur la production. C’est assez stimulant.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans toutes sortes de choses qui ont trait aux histoires – fictions ou réalités – aux souvenirs, à la nature. La matière de la peinture provoque en moi une imagerie. Quand je peins, des pans entiers d’images-matière se précisent de façon narrative, presque naïve dans le traité, pour repartir en tournoyant vers la matière…Des visions qui sont en mouvement, comme la pensée qui est un flux. Avec quelques arrêts sur image en quelque sorte. Comme des associations d’idées et de sensations retranscrites “au moment où”, qui “me font penser à“, qui “me rappellent”… Il y a une importance de la mémoire des sens, dans la pratique, issue d’un champ personnel : un bagage de sensations qui nourrit le travail. Une toile se fait à partir d’un agencement de mémoires et de sensations picturales. C’est donc une aventure, dont je ne connais pas l’issue la plupart du temps.Je réalise aussi depuis quelque temps une série sur papier : les «tram» comme je les appelle, marquent une étape plus graphique dans mon travail, issue en partie de mes recherches en gravure, faite de la répétition d’un geste. Un travail plus ancré dans l’abstraction, qui se décline littéralement en partitions construites et nourries de motifs.

Quel est le thème majeur de votre travail en ce moment ?

Le paysage allusif : traité avec des motifs abstraits plus ou moins systématiques suivant les projets.

Quelles sont les différentes techniques que vous employez dans vos travaux ?

Je travaille à l’huile. Son tempo me convient bien. Pour les papiers j’utilise la gouache, l’aquarelle, l’encre… parfois l’huile aussi. Chacune de ces matière propose des lumières et des mises en œuvres différentes qui influent le processus de la réalisation.

Quelle est votre routine dans votre atelier ?

Plutôt qu’une routine j’emploierai le mot de rituel. Et encore je ne crois pas avoir réellement de rituel, à part celui de se préparer à se jeter dans la mêlée (!) c’est -à-dire se changer, préparer les outils de travail… se mettre dans l’état requis de concentration nécessaire. Selon les moments j’y peins, j’y dessine, j’y lis, j’y range, je fais le point ou élabore des projets… tout cela participe à la lente maturation des images à venir.

Je sais qu’il y a une histoire particulière autour de votre table. Pouvez-vous nous la raconter ?

Cette table en bois fait partie intégrante de l’atelier : elle ne peut plus en sortir, à moins d’être découpée en morceaux. Elle y est entrée avant que tous les murs soient bâtis, car elle est grande et n’aurait pu passer par les ouvertures. Elle appartenait à un ami peintre avec lequel je partageais un atelier à une époque, et qui me l’a cédée quand il est parti vivre à l’étranger.

C’est en fait assez anecdotique, et sentimentaliste j’avoue, mais toutes les taches de peinture qu’elle porte témoignent de son vécu. En dehors du fait que c’est un plan de travail qui m’est nécessaire, il est chaleureux et plein de souvenirs.

Quels sont les artistes contemporains dont vous admirez le travail ?

Il y en a beaucoup, et de différents. Même si c’est restrictif, je peux citer Per Kirkeby, Silvia Bachli, Rosemarie Trockel, Bernard Frize, Valérie Favre, Gerhard Richter, Günther Förg, mais aussi Marcel Broodthaers, Marie Ducaté, Marina Abramovic, Pipilotti Rist, Mona Hatoum, et aussi…

Vous avez récemment exposé à la Cité Radieuse du Corbusier. Un endroit à part à Marseille n’est-ce-pas ?

Oui, un endroit mythique. Je suis heureuse d’y avoir montré mon travail et ça a été une bonne et intéressante expérience, car il a fallu ne pas être « écrasée » par son esthétique faite de béton et d’Histoire.

Qu’aimez vous en particulier à Marseille ?

Les baignades en mer, la côte aux rochers blancs, cette lumière et ce ciel omniprésent. Et puis que le temps s’écoule différemment. Je le ressens comme dilaté ici, comme offrant beaucoup de possibilités.
Une question de qualité de vie c’est certain et probablement des ressentis spécifiques, qui me sont propres, et résonnent avec la ville.

Avez-vous un café, un restaurant préféré ?

Pas vraiment, je suis changeante. Mais proche de l’atelier je vais prendre mon café chez Nico place Jean Jaurès. Chez Noël en famille manger des pizzas, une institution marseillaise, en haut de la Canebière.
Au Green Bear coffee en haut de la Canebière également, ou chez Boudiou boulevard Salvator pour manger bio sur le pouce. Ah, il y a aussi le Saf Saf, cantine où manger le couscous, et le Piment Thaï, son équivalent asiatique vers le théâtre des Bernardines. Et la cafétéria du Cercle des Nageurs pour le site avec sa vue superbe.

Dans quel quartier est situé votre studio ?

Entre les Réformés et La Plaine. L’église des Réformés se trouve dans le quartier du Chapitre en haut de la Canebière, La Plaine est le quartier situé plus à l’est en haut de la colline, vers la place Jean Jaurès et le Cours Julien.

Avez vous un cahier d’esquisses?

Plusieurs, entamés et pas finis, ou des feuilles que je finis parfois par rassembler dans un classeur. Des esquisses comme des notes plutôt. Il y a beaucoup d’histoires d’états et d’humeurs là-dedans. Je ne dessine pas réellement des projets de tableaux, ou alors comme des bases de réflexion. L’esquisse me permet dans ce cas-là de voir si « ça tient », si la forme que j’aborde est encore intéressante quand je la regarde plus tard. Il y a parfois la pratique du carnet comme projet d’objet fini : des petits formats au feutre, au stylo, à la peinture, qui sont comme des paysages miniatures, des paysages à part entière, rassemblés dans un seul rythme, celui du carnet, de manière plus légère. Mais je ne suis pas très disciplinée avec ça. Peut-être parce que j’aime mieux me confronter à de plus grands formats.

D’où viennent vos idées pour votre travail ?

Cette question rejoint celle de l’inspiration pour moi : moins des « idées » que l’intérêt et le fait de cultiver ce que la matière et la couleur provoquent. Par leur vibration, leur agencement.Les esquisses et notes que je peux poser servent bien sûr de bases à la création de formes et de motifs qui débouchent sur des images, comme un canevas, dans le souci d’évoquer un espace dans lequel voyager.Il ne faut pas oublier aussi l’aspect technique de la pratique qui joue un rôle dans la direction que prennent les projets. Ce qui différencie par exemple un gesso bien blanc comme fond, d’une colle de peau de lapin transparente sur une toile, et ce que cela propose comme surface à peindre et investir, avec quelle tension. La peinture se programme différemment suivant ces paramètres. Après je suis nourrie par mes lectures, la photographie, le travail d’artistes anciens ou contemporains, l’observation de la nature, par ce qui m’entoure et se présente : le réel est matière sans fin à ressentir et interpréter.

Merci pour ce moment agréable dans votre bel atelier. Vous pouvez découvrir le travail d’Armelle sur son site internet

Armelle exposera bientôt à Nîmes. L’exposition se tiendra à ‘La Vigie’ à Nîmes, un lieu d’exposition et de rencontres expérimentales, sur des thématiques. Du 7 décembre 2013 à mi février 2014, elle exposera avec deux autres artistes, Soo Young Lee et Laurent Mazuy lors des Rencontres n° 42, autour du thème « Le geste et la couleur ». Vernissage le 6 décembre. Le site : http://lavigieartcontemporain.unblog.fr

Photographies : Mary Gaudin
Interview et texte : Marion Berrin
Traduction : Marion Brun

Privacy Preference Center

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?